La vente et l'achat de marchandises

L'achat de marchandises en ligne

Les Canadiens doivent se montrer prudents au moment de faire des achats en ligne. On les encourage à faire des vérifications au préalable, à bien examiner les commentaires sur les vendeurs et à faire affaire avec des entreprises ou des particuliers qu'ils connaissent de réputation ou par expérience. Si l'acheteur ne connaît pas un vendeur en particulier, il devrait vérifier lui-même son identité. Normalement, si le prix demandé semble trop bon pour être vrai, il s'agit d'une arnaque.

Indices – Comment vous protéger

  • Ne concluez jamais un marché ailleurs que sur le site de vente aux enchères et méfiez-vous des articles offerts à des prix ridiculement bas dans les petites annonces en ligne.
  • Méfiez-vous des vendeurs peu ou pas notés par de précédents acheteurs.
  • Méfiez-vous des vendeurs ou des locateurs de l'étranger.
  • Utilisez une carte de crédit lorsque vous achetez en ligne, car une protection est offerte aux clients et ils pourraient même être remboursés.
  • Examinez le site Web rigoureusement. Les faux sites Web contiennent souvent des fautes d'orthographe et de grammaire.

La vente de marchandises en ligne

Les consommateurs qui vendent de la marchandise en ligne risquent d'être victimes de fraudes pouvant entraîner des pertes de marchandises, financières ou les deux. Le fraudeur communique avec la victime potentielle en lui envoyant, par courriel ou messagerie texte, un message générique sur la disponibilité de l'article à vendre. Il affirme être de l'extérieur de la ville et offre d'acheter l'article sans l'avoir vu. Le vendeur reçoit un faux courriel de PayPal ou un avis de virement de fonds par courriel lui indiquant qu'il a un paiement en attente. Le message précise que les fonds envoyés visent à couvrir le coût de l'article et les frais d'expédition et qu'afin de les obtenir, le vendeur doit transmettre un numéro de repérage. Il expédie donc le produit, et fournit le numéro de repérage connexe au fraudeur. Le vendeur apprend ensuite que l'avis de paiement est faux et ne reçoit aucuns fonds.

Dans une autre variante, le fraudeur envoie un courriel de suivi indiquant qu'il ne peut pas transférer la somme en raison d'un problème avec le compte bancaire ou PayPal du vendeur. Celui-ci se fait dire qu'il doit payer 500 $ pour obtenir un compte d'entreprise auprès du fournisseur du service de paiement pour conclure la transaction. Le fraudeur offre de payer les frais du compte d'entreprise si le vendeur les lui rembourse. Le vendeur se fait demander d'envoyer le remboursement par l'intermédiaire d'une entreprise de transfert de fonds comme MoneyGram ou Western Union. Encore une fois, il apprend que l'avis de paiement est faux et qu'il n'y a aucuns fonds à sa disposition.

Indices – Comment vous protéger

  • Faites toujours l'échange de la marchandise et de l'argent à un endroit local, public et sécuritaire.
  • Méfiez-vous des courriels génériques renfermant des erreurs de grammaire.
  • Méfiez-vous des acheteurs à l'étranger qui souhaitent acheter la marchandise sans l'avoir vue.
  • Examinez tous les courriels pour vous assurer qu'ils ne sont pas faux.
  • N'envoyez jamais d'argent pour obtenir de l'argent.
  • Faites des recherches dans des sources ouvertes pour voir si quelqu'un a signalé que l'acheteur est un fraudeur.

Cryptomonnaie

Le Centre antifraude du Canada (CAFC) reçoit des plaintes de Canadiens victimes de fraudes par marketing de masse pour avoir envoyé de l'argent sous forme de monnaie virtuelle, p. ex. en Bitcoin. La cryptomonnaie n'est pas sous le contrôle d'une banque centrale et n'est actuellement pas réglementée au Canada. Le Bitcoin est la cryptodevise la plus couramment signalée au CAFC, mais de nombreuses autres font leur apparition, dont le Monero, l'Ethereum et le Dash.

Même si de plus en plus de commerces acceptent les cryptomonnaies en guise de paiement, le CAFC prévient les consommateurs qu'ils ne sont aucunement protégés s'ils les utilisent. Aucun organisme gouvernemental n'exigera qu'un paiement soit fait en cryptomonnaie.

Indices – Comment vous protéger

  • Méfiez-vous si on vous demande de virer des fonds en Bitcoins ou toute autre cryptodevise.
  • Méfiez-vous des offres d'investissement dans les premières émissions de cryptomonnaie (initial coing offerings), qui consistent à lancer une nouvelle cryptodevise.
  • Aucun organisme gouvernemental n'exigera qu'un paiement soit fait en cryptomonnaie, comme le Bitcoin.
  • Méfiez-vous des demandes de retrait et de dépôt dans un portefeuille Bitcoin au moyen d'un guichet automatique bancaire.

Croyez-vous être victime?

Centre antifraude du Canada
Sans frais: 1-888-495-8501

Bureau de la concurrence du Canada
Sans frais: 1-800-348-5358

Police provinciale de l'Ontario
Sans frais: 1-888-310-1122

L'Agence de la consommation en
matière financière du Canada

Sans frais: 1-866-461-3222

Better Business Bureau
(Outil de recherche BBB, anglais seulement)


La fraude : Identifiez, signalez et enrayez-la!

Date de modification :